fbpx
0 826 622 6220,15€/min + coût d'un appel

Offrir un métier qui a du sens à de futurs jeunes réparateurs

classe réparateurs

La rencontre de La Compagnie du SAV avec un lycée professionnel de son territoire, c’est une nouvelle formation pour 10 jeunes qui retrouvent l’espoir d’apprendre un métier : nos futures recrues pour réparer de plus en plus d’appareils électroménager.
Le 10 novembre dernier, nous inaugurions la classe dédiée au métier de réparateur au sein du Lycée Georges Brassens d’Evry Courcouronnes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que tous les participants trouvaient leur compte à cette initiative !

Depuis la « loi anti-gaspillage pour une économie circulaire » de février 2020, les initiatives concrètes en faveur de la réparation des appareils ménagers et contre l’obsolescence programmée se multiplient. Indice de réparabilité en janvier 2021, Indice de durabilité prévu pour 2024… « Avec l’arrivée du Fonds Réparation en janvier 2022, la demande des particuliers va exploser », alerte Laurent Falconieri, Directeur général de la Compagnie du SAV. Cela, sur un marché déjà en tension : avec des appareils devenus de plus en plus « jetables », de nombreuses formations de réparateurs ont tout simplement disparu, et le métier souffre d’une grave pénurie.

Une première en France : un bac professionnel Réparateur d’électroménager

A La Compagnie du SAV, nous avons décidé d’apporter notre pierre à l’édifice dans un cercle vertueux : former nos réparateurs de demain, tout en offrant un métier d’avenir à des jeunes en manque de perspectives. C’est tout le sens de la classe de Bac Professionnel que nous avons créée avec le Lycée Georges Brassens d’Evry-Courcouronnes, inaugurée le 10 novembre dernier en présence d’élus et de représentants du monde de l’éducation et de tout l’écosystème de la réparation.

inauguration

« Une formation unique en France, rappelle Alain Dubois, Proviseur du lycée, avec cette mise en commun de nos compétences et de celles de La Compagnie du SAV. » Nos professionnels interviennent en effet aux côtés des enseignants du lycée pour former 10 jeunes apprentis, qui effectuent également leur alternance auprès nos réparateurs. « Des techniciens qui doivent être formés sur les savoir-faire, mais également sur le savoir-être » rappelle Laurent Falconieri.

Issus de bac généraliste ou professionnels, de CAP, ou en rupture scolaire adressés par les missions locales, les garçons (en espérant avoir des jeunes filles l’année prochaine !) découvrent un métier plein de sens qu’ils apprendront en 2 ans. « Le bac est très formateur car on est sur le terrain, on est au cœur des machines », constate Samy. « J’aime réparer, c’est satisfaisant, ajoute Ibrahima. J’ai le sentiment de rendre service au client, de la mission accomplie ! »

 

 

« Dans un secteur en tension, ce type de collaboration entre écoles et entreprises,
co-financée par la Région Ile-de-France, contribue à l’égalité des chances pour les jeunes. »
Sylvie Piganeau, Conseillère régionale d’Ile-de-France, Présidente de la Commission Lycées
Représentante de Valérie Pécresse

« C’est une fierté, en tant que maire, de constater qu’il y a ce type de richesse dans nos territoires,
et qu’elle répond aux besoins de notre jeunesse dans ce qu’elle apportera à la société de demain. »
Stéphane Beaudet, maire d’Evry-Courcouronnes

« Un très bel exemple de coopération pour accompagner les jeunes dans la voie de la réussite,
avec toutes les perspectives d’évolution promises par la Loi Avenir ».
Luc Prince, Inspecteur d’Académie – Inspecteur Pédagogique Régional

Lire aussi l’essai de Laurent Falconieri « Pour un Grenelle de la réparation »

Demande de réparation

Demandez une intervention en 1 minute